Prédateur sexuel, il fait deux nouvelles victimes à Arlon

Il trainaît souvent à la gare d’Arlon.
Il trainaît souvent à la gare d’Arlon. - SP

En 2017, l’homme s’était à nouveau retrouvé devant le tribunal correctionnel d’Arlon. Un policier l’avait surpris en train de se masturber près du centre administratif d’Arlon. « Vous a-t-on parlé de castration chimique ? », avait osé demander le juge Pavanello à l’époque. « Oui, mais je ne sais pas à qui m’adresser pour cela… », avait répondu le prévenu.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Province ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct