Mons: «Sans femmes de ménage à l’hôpital, ça serait l’anarchie»

Les chambres dans lesquelles des malades du coronavirus ont été soignés doivent être nettoyées méticuleusement.
Les chambres dans lesquelles des malades du coronavirus ont été soignés doivent être nettoyées méticuleusement. - AFP

« Ma femme travaille 12h30 par jour. Elle est en contact direct avec le coronavirus. J’aimerais qu’on remercie aussi les techniciennes de surface à l’hôpital, elles sont en première ligne », témoigne un Cuesmois. Il est le conjoint d’une femme de ménage qui travaille depuis 13 ans à l’hôpital.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour 7€/mois pendant 6 mois. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte -50%
Accédez à l'ensemble des articles et services de votre région pour 7€/mois

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Province ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct