Lueurs d’espoir face au coronavirus: la Belgique veut y croire!

Lueurs d’espoir face au coronavirus: la Belgique veut y croire!

Reconnaissance du travail des services de soins

Les services hospitaliers travaillent jour et nuit pour sauver des vies. Débordés suite à l’épidémie du Covid-19 : docteurs, infirmières et infirmiers sont mis à rude épreuve. Ils dorment peu, mangent entre deux patients. Une belle surprise est survenue aux urgences du CHR de Namur cette semaine. Une livraison express de pizzas et de pâtes pour régaler le ventre vide des urgentistes. Cette belle intention vient de Massimo Guagenti, restaurateur à Assesse. Préoccupé par la situation en Italie, Massimo a décidé de mettre les mains à la pâte…

Fabrizio a aussi fait un geste de solidarité. Patron de la Trinacria, il a offert une dizaine de pizzas au personnel de l’hôpital Saint-Luc à Woluwe- Saint-Lambert. La cheffe d’équipe du service était touchée par ce don.

Mercredi soir à 20H, les Belges se sont également donné rendez-vous à leurs fenêtres pour applaudir le corps médical. C’était notamment le cas à Mettet et à Liège. Encore un beau geste de solidarité de la population envers les services soignants du pays.

Un groupe Facebook consacré au Coronavirus en Belgique

Solidarité envers les personnes à risques

Les personnes âgées sont plus à risques face au virus. Elles sont plus exposées à développer les symptômes violents du coronavirus. C’est dans cette optique, que certaines chaînes de supermarchés donnent priorité aux seniors et au personnel soignant. Les magasins traitent prioritairement leurs commandes. Le personnel de soins peut aussi couper les files. Pour ce faire, il devra présenter son badge à l’agent de sécurité.

Un élan de solidarité s’est également lancé dans les régions de Mons et du Borinage. Les citoyens se mobilisent pour aider les personnes isolées et fragilisées. Du côté de Mons-Borinage, un groupe Facebook a été créé pour soutenir les plus faibles. Les valeurs collectives du partage et de la solidarité ont insufflé une énergie d’espoir pour lutter contre la peur, explique Sarah Giancaterini.

À Dour, le bourgmestre Carlo Di Antonio a mis en place l’opération « Dour Entraide ». Une ligne téléphonique a été instaurée pour toute personne étant dans le besoin.

À Jurbise, Jacqueline Galant invite les citoyens à être solidaires les uns avec les autres. Le CPAS et la Ville de Mons ont trouvé un accord pour loger les SFD au stade du Tondreau. Cette décision est prise afin de respecter les mesures de sécurité. Les abris de nuits ne permettent pas de respecter les règles en vigueur.

Pour ces raisons similaires, le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot, a pris des nouvelles mesures. Il appelle au sens de la discipline et de la responsabilité de chacun. Le président du cdH annoncé que la ville de Namur mettait à disposition des sans-abri, le hall sportif de Basse- Enhaive. Septante lits seront installés pour les loger. Les douches et les sanitaires seront accessibles jour et nuit. Des repas seront préparés par les Restos du cœur au matin et à midi. Enfin, L’objectif de ces élans solidaires est de n’abandonner personne en route et de limiter la propagation du virus.

Solidarité citoyenne création des masques buccaux

Suite à la pénurie de masques, des citoyens se sont mobilisés pour confectionner des masques buccaux. Le SPF Santé publique a donné ses indications aux couturières pour aider le corps médical. Même si les masques buccaux ne sont pas conformes pour les personnes fortement exposées au Coronavirus, ils peuvent s’avérer utiles pour les citoyens.

De son côté, la société wavrienne, Van Home Interiors, a également décidé de suivre cet élan de solidarité. Le gérant de l’enseigne offre ses tissus à des couturières. Cette initiative a permis de livrer plus de 200 masques par CPAS. Au total, Nicolas Van Oost, gérant du magasin, a contribué à la création de 1000 masques.

À Molenbeek, Alim Berkani a trouvé une solution pour fabriquer des masques en un temps record. L’architecte molenbeekois compte utiliser la technologie pour y parvenir. Il explique qu’il peut créer des masques de protection grâce à une imprimante 3D et une découpeuse Laser. Alim Berkani affirme qu’avec cette méthode, il pourrait créer 60 masques de protection par heure.

La discipline des Belges suite aux restrictions du gouvernement

Lors de son discours de la crise sanitaire, Sophie Wilmès et le gouvernement fédéral ont pris une décision forte mais sans doute nécessaire : le confinement. La Première ministre a invité tous les Belges de limiter les déplacements et à rester un maximum à domicile. Ces mesures sont prises pour éviter au maximum la propagation du virus et protéger au mieux la santé publique. Aujourd’hui, même s’il y a des exceptions, la majorité des citoyens semblent appliquer les restrictions. C’est donc un motif d’espoir pour la suite. Les rues des grandes villes sont désertes. Cette conscience collective ne peut être que bénéfique pour vivre un futur meilleur.

Trois semaines de confinement, ce n’est pas fin du monde

La maman de Léo tente de dédramatiser la période de confinement. Elle explique qu’elle a vécu 15 mois dans ces conditions. La raison ? Elle devait prendre soin de son fils atteint d’une grave leucémie. Pendant cette période, masques, désinfectants mais également absence de contacts physiques durant 15 mois marquaient son quotidien. Aujourd’hui, elle relativise la mesure de confinement prise par le gouvernement. Avec son message, elle souhaite raisonner les rebelles qui ne pensent pas être touchés par le virus. Après avoir assisté son fils pendant 15 mois, elle invite au respect des consignes. Une belle preuve d’amour et de courage qui forge le respect. Alors qu’on se le dise, trois semaines, ce n’est pas la fin du monde. C’est un mal nécessaire pour vivre des jours meilleurs.

Les avancées positives de la science

Des lueurs d’espoir celle-ci est peut-être la plus grande et la plus belle. Elle nous vient du professeur Benoît Muylkens et de son équipe. Ils ont trouvé une nouvelle méthode pour diagnostiquer le Covid-19. Le professeur de biologie moléculaire à l’université de Namur a trouvé la solution pour s’affranchir du manque de réactifs. Cette technique pourrait atteindre 10.000 tests quotidiens en Belgique. Au total, 20 laboratoires collaborent pour atteindre cet objectif. Cette découverte rend possible un plus grand nombre de test mais également de mieux traquer le virus. Cette trouvaille namuroise pourrait s’élargir au niveau mondial.

Une autre bonne nouvelle, après deux semaines en quarantaine à son domicile, Alain-Gérard Krupa semble être sur la voie de la guérison. L’échevin de Neupré était l’un des premiers cas positifs au Covid-19 en province de Liège. Il doit rester prudent mais l’avis de son médecin est plutôt positif.

Un groupe Facebook consacré au Coronavirus en Belgique

Les lueurs d’espoir provenant de Chine

S’il y a des lueurs d’espoirs en Belgique, il y en a aussi dans le monde. La chine, épicentre du virus, commence à réaliser des tests d’un vaccin contre le Coronavirus. Le ministère de la défense chinoise a indiqué qu’il testait un vaccin efficace sur les humains.

Huit autres vaccins sont en cours d’essai. Il y a d’autres raisons de se réjouir. La Chine a enregistré aujourd’hui zéro nouvelle contamination liée au Coronavirus. C’est une première depuis le début de la pandémie. Cette nouvelle est aussi bénéfique pour l’Europe.

C’est la preuve que les mesures strictes liées au confinement se révèlent être efficaces pour lutter contre la propagation du virus. De plus, Xi Jinping dit qu’il est solidaire avec l’Europe pour combattre cette pandémie. Une livraison de plus de 2 millions de masques devrait débarquer en Europe.

Notre sélection vidéo
Chargement
Tous

En direct

Le direct