Coronavirus: une entreprise montoise au chevet de la Chine

Une entreprise familiale à la conquête du marché chinois.
Une entreprise familiale à la conquête du marché chinois. - Anthony Dehez

Seringues, compresses, ustensiles médicaux ou de laboratoire, plastiques et autres résidus représentent pour les hôpitaux un volume important de déchets. Pendant longtemps, les méthodes de traitement privilégiées de ces déchets médicaux étaient l’autoclave, c’est-à-dire le traitement avec de la vapeur d’eau à haute température, ou l’incinération.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Province ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct