Gerodez sur la situation à l’UR Namur: «C’est un peu le bordel»

Quentin Gerodez.
Quentin Gerodez. - V.L.

Sérénité. Voilà un mot qui ne colle pas trop avec l’UR Namur-FLV depuis l’annonce de la vente du club par le président Christophe Graulus. Alors que les défaites s’accumulent et que la zone rouge est de plus en plus proche, l’équipe a perdu deux membres du staff cette semaine avec le départ forcé de Christian Sovet et Didier Stempels.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Province ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct