Emma Meesseman sur le toit du monde en WNBA

©AFP
©AFP

« Je ne suis pas la pièce du puzzle qui manquait : je ne suis qu’une joueuse qui a aidé son équipe à gagner le championnat. » Emma Meesseman, absente l’année passée lors de l’échec de sa franchise en finale, parce qu’elle emmenait l’équipe nationale à la Coupe du monde, ne changera jamais : la Yproise a l’humilité qui lui coule dans les veines.

Découvrez l'abonnement numérique la Province pour seulement 1€ par mois !

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Découvrez l'abonnement numérique la Province pour seulement 1€ par mois !

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Province ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct