Un autocollant illégal après s’être mal garé au CHU du Tivoli

Un autocollant tenace...
Un autocollant tenace... - D.R.

Ce jeudi, alors qu’il revenait de sa consultation avec sa fille en bas âge, Vincent Lomanto a eu une désagréable surprise en découvrant un autocollant collé sur sa vitre, côté conducteur, qui lui signalait qu’il était mal garé dans le parking du Tivoli. « J’étais mal garé, je ne peux pas le nier », plaide coupable le commercial. « Cela dit je n’entravais en rien la circulation. Je comprends tout à fait qu’il faut sanctionner ou en tout cas tout faire pour décourager les automobilistes qui se garent mal dans le parking d’un hôpital. mais là, avant de me garer à cet endroit, j’avais fait le tour plusieurs fois du parking et cela m’avait pris plus de vingt minutes à la recherche désespérée d’une place. Sous peine de manquer mon rendez-vous, j’ai décidé de me garer là où je pouvais. Peut-être mal mais, encore une fois, sans entraver le passage d’éventuelles ambulances ou autres véhicules d’urgence. »

Un autocollant persistant

Mais l’histoire ne s’arrête pas là car si Vincent Lomanto ne conteste pas s’être mal garé, c’est la manière avec laquelle il a été prévenu de son infraction. « Honnêtement, je crois que j’aurais préféré une amende à cet autocollant qui m’a donné un mal de chien pour l’enlever. Ce qui me dérange le plus, c’est le fait que pour enlever cet autocollant, il m’a fallu une demi-heure et pas seulement avec d‘huile de coude. J’ai dû demander à un collègue s’il n’avait pas un produit spécial pour le retirer complètement. Il s’agit d’une voiture de société, je ne pouvais pas laisser l’autocollant sur ma vitre, cela n’aurait pas fait sérieux auprès de mes clients. »

De plus en plus de monde se gare se gare n’importe coimment.
De plus en plus de monde se gare se gare n’importe coimment. - D.C.

Si l’autocollant en question n’a pas causé d’autre dégât que du temps perdu dont il se serait bien passé, cela aurait pu mal tourner… « L’autocollant était apposé sur ma vitre avant, en plein dans mon champ de vision. Sur l’autoroute, cela aurait pu me poser des soucis car je ne pouvais pas. De plus, je ne suis pas certain que cette manière de faire soit totalement légale et je suis surpris que personne ne se soit plaint d’une telle manière de faire auparavant. »

Vincent regrette surtout que l’hôpital n’ait pas trouvé d’autre moyen de prévention. « Je comprends tout à fait qu’il faille lutter contre ceux qui se garent mal. Mais je pense qu’il y a d’autres moyens de signaler aux patients qu’ils sont en tort… »

Si le but était de provoquer un électrochoc chez les patients qui se garent mal sur le parking de l’hôpital, l’effet escompté est réussi. « Cela me servira de leçon car il est peu probable en effet que je refasse la même erreur. La prochaine fois, je viendrai à mon rendez-vous une heure à l’avance et je ferai un peu tourner la buvette de l’hôpital », ironisait Vincent pour conclure.

Démarche louable mais illégale

Dimanche, Septembre 15, 2019 - 02:00

Si la démarche de l’hôpital peut sembler louable, il n’empêche que, d’après la police, le fait d’apposer des autocollants sur un véhicule, mal garé ou non, c’est illégal. « Ce parking est un parking privé mais disponible pour le public, un peu comme l’est celui du Cora par exemple », explique le commissaire Van Bockstael, spécialiste en matière de roulage pour la zone de police de La Louvière. « Cela implique que la police pourrait verbaliser sur le parking à condition que la signalisation soit correcte, ce qui est le cas pour le parking du Tivoli. En ce qui concerne la pose d’autocollants, c’est un risque que prend l’hôpital car s’il s’avérait que des dégradations aient été constatées sur le véhicule suite au décollement de l’autocollant, le plaignant pourrait se retourner contre l’hôpital et serait dans ses droits. »

Même chose en cas d’accident de roulage dû à l’autocollant. « Souvent, ceux qui pratiquent ce genre d’action préventive placent les autocollants sur le pare-brise ou la vitre du conducteur, ce qui peut entraver la vision de ce dernier. En cas d’accident dû à un tel manque de visibilité, la victime pourrait également se retourner contre l’hôpital. »

Et sur un parking privé ?

Que ce soit sur la voie publique ou sur un parking, il n’y a pas de différence. « Sur un parking strictement privé comme l’est celui, par exemple, de l’hôpital de Jolimont, la seule différence est que la police ne peut pas y intervenir pour des affaires de roulage. Par contre, cela ne change rien en ce qui concernerait les autocollants, ses éditeurs en seraient responsables. »

Th.D.

«De plus en plus de véhicules mal garés dans le parking»

Dimanche, Septembre 15, 2019 - 02:00

Par Th.D.

Le parking couvert pour le personnel.
Le parking couvert pour le personnel. - D.C.

C’est suite à la constatation de l’augmentation du nombre de véhicules mal garés sur son parking que l’hôpital du Tivoli a mis en place ce système de prévention comprenant des autocollants. « Il y a de plus en plus de véhicules mal garés dans le parking », estime Cynthia Colson, la porte-parole de l’hôpital. « Ce système d’autocollant a été mis en place par la société de gardiennage qui gère le parking. Il se trouve que le véhicule de la personne qui se plaint gênait bel et bien la circulation quoi qu’il en dise ce qui peut se révéler dangereux et discourtois à la fois pour les nombreuses ambulances qui traversent le parking chaque jour mais également pour les personnes à mobilité réduites. Il y a peu, nous avons construit un nouveau parking à destination du personnel de façon à ce que celui destiné aux patients soit désengorgé. Quant aux autocollants apposés dans le champ de vision des conducteurs, le service gardiennage sera prévenu afin d’y faire attention à l’avenir. »

Chargement
Tous

En direct

Le direct