Lycée Plisnier, St-Ghislain: pas d’examens, des cours alternatifs

Dimitri D’Agostino
: «
Entre le bulletin de novembre et les examens de décembre, il ne reste en gros qu’une semaine de cours
!»
Dimitri D’Agostino : « Entre le bulletin de novembre et les examens de décembre, il ne reste en gros qu’une semaine de cours !» - Eric Ghislain

Rares sont les écoles secondaires qui n’organisent pas d’examens de Noël. Pourquoi ce choix ?

En juin dernier, nous avons tenu une journée pédagogique au cours de laquelle j’ai proposé de travailler autrement. Car il s’agit bien, dans les différents ateliers que nous organisons la semaine prochaine, d’apprendre autrement, et non pas de faire de l’occupationnel ! (Ce qui est souvent le cas, il faut bien le dire, pendant la semaine de correction des examens, juste avant les vacances…) Quand on examine le calendrier scolaire, on se rend compte qu’entre le bulletin du 15 novembre et les examens de décembre, compte tenu de la semaine de révision, de la semaine des examens et de celle des corrections, il ne reste en gros qu’une semaine de cours ! Une semaine de nouveaux apprentissages depuis le dernier bulletin et on réévalue les élèves, mais sur quoi ? Cela n’a guère de sens. Il faut prendre plus de temps pour expliquer aux enfants et il faut être attentif à leurs rythmes. Les évaluer deux fois de suite sur les mêmes choses, à un moment où en plus, ils sont fatigués, n’apporte rien et ne peut que décourager un enfant qui serait déjà en difficulté.

Vous soulignez que l’évaluation n’est pas un but, mais un moyen.

Nous sommes malheureusement dans une société où on demande des évaluations chiffrées à tout bout de champ, et où chaque évaluation est une sanction. Nous voulons évaluer oui, mais différemment et au bon moment. Cette semaine, il y aura des bilans. En février -les enfants auront alors eu quatre semaines d’apprentissage supplémentaires- une évaluation… Évaluer les connaissances à la fin d’un chapitre, c’est quand même plus logique que d’imposer aux élèves une semaine avec douze contrôles alors qu’ils viennent de recevoir leur dernier bulletin, juste « parce qu’il faut remettre des points » !

Quand les élèves sont-ils évalués dans votre établissement ?

L’évaluation est continue au long de l’année. Il y a trois bulletins annuels et, pour les 2e, 3e et 4e, les examens de fin juin.

Néanmoins, beaucoup de parents (et d’enseignants aussi) sont attachés aux examens… Votre initiative a-t-elle rencontré des résistances ?

Au niveau du personnel enseignant, lorsque j’ai proposé et expliqué cette modification à la journée pédagogique de juin, la majorité a partagé mon point de vue. Aux parents, j’ai adressé un courrier début novembre puis, après avoir reçu quelques coups de fil, je me suis rendu compte qu’il était nécessaire d’organiser une soirée d’information. Des parents y sont venus avec des questions très pertinentes, surtout sur l’intérêt des activités alternatives. En fait, le plus difficile à faire passer a peut-être été ça : convaincre que la semaine « apprendre autrement » n’est pas une semaine de repos ! Il fallait faire passer le message auprès des élèves aussi, d’ailleurs, car ils voient leurs camarades des autres établissements en révision rentrer chez eux l’après-midi, tandis qu’eux restent à l’école !

Chargement
Tous

En direct

Le direct