Quévy, Genly, Frameries, Mons: la révolte des navetteurs

F. Van Hout et D. Volant avaient rendez-vous chez le ministre F. Bellot ce lundi soir.
F. Van Hout et D. Volant avaient rendez-vous chez le ministre F. Bellot ce lundi soir. - E.G.

Mons - Bruxelles en train, c’est la galère... Et pire encore quand on part de Quévy, Genly ou Frameries. Concertées ou non, les actions convergent pour tenter d’obtenir de la SNCB une amélioration significative de ses « performances » sur la ligne 96. Le conseil communal de Frameries s’apprête à voter une motion, à l’initiative de Catherine Fonck. De leur côté Florence Van Hout et David Volant, élus MR respectivement de Frameries et de Quévy (même combat, en l’occurrence) avaient rendez-vous ce lundi soir au cabinet de « leur » ministre François Bellot (MR, le successeur de Jacqueline Galant à la mobilité).

La réunion a été constructive, rapportent-ils tous deux avec satisfaction. Le ministre connaissait bien le dossier et a fait des propositions concrètes. Sur quels points essentiels s’est-il engagé ?

Les correspondances ratées : le groupe d’experts sur la ponctualité vérifiera que les délais d’attente des correspondances sont bien respectés en gare de Mons ; il semble que cela ne soit pas toujours le cas.

L’offre de trains directs : on examinera la possibilité de mieux répartir sur l’heure de pointe du matin les deux seuls directs sur Bruxelles.

Week-ends : il n’y a plus de trains entre Quévy et Mons le week-end. Pour en rétablir il faudrait arriver à un taux d’occupation de 22 %. Une « boucle de l’Avesnois » passant par Maubeuge, Jeumont, Mons et La Louvière est envisagée.

Et, last but not least  :

Pas question de démanteler la ligne (le « bout de ligne » Mons - Quévy).

«Quand on est navetteur, on n’est personne!»

Xenia Maszowez est une malheureuse navetteuse Mons - Bruxelles parmi tant d’autres... Mais elle a décidé de prendre le taureau par les cornes. La pétition qu’elle a lancée sur internet (sur le site www.change.org) a rapidement recueilli plus de 600 signatures. Elle s’apprête à l’envoyer au ministre Bellot. « La semaine passée le cabinet a réagi en annonçant une commission. C’est un bon signal... Si ça ne se limite pas à une réunion! Du temps de la ministre Galant aussi, il y a eu des groupes de travail; on nous a dit qu’il fallait le temps que le plan de transport (celui de 2014) fasse ses maladies de jeunesse... Mais rien ne s’est amélioré, bien au contraire! »

«Les Quévysiens ont besoin d’une mobilité normale!»

Katty Duflos a créé un groupe Facebook au nom très clair: « Les laissés pour compte des transports en commun de Quévy ». Elle aussi prépare une pétition. Ses revendications concernent les trains mais aussi les bus. « Prendre la correspondance à Mons? Trois fois par semaine on la rate! Et depuis deux ans, on n’a même plus de train le week-end! Et certains villages comme Aulnois ne sont plus desservis du tout non plus par le TEC le week-end! Sommes-nous donc des citoyens de seconde zone? Les Quévysiens ont besoin d’une mobilité normale! »

Elle-même en sait quelque chose. Ses deux grands enfants ont des jobs étudiants sur Mons le week-end. Mais aucun moyen de transport en commun pour s’y rendre. Alors maman fait le taxi : quatre allers-retours chaque samedi...

Aussi en L'ACTU DE MONS-BORINAGE