Publié le Mercredi 13 Septembre 2017 à

Fun > Insolite

Oublié au Brésil, un célèbre avion bientôt exposé en Allemagne

Afp

Détourné il y a 40 ans par des pirates de l’air, un avion de la Lufthansa qui croupissait depuis dix ans sur un tarmac au Brésil, va bientôt être rapatrié en Allemagne pour être exposé dans un musée.

Photos

EPA/MAXPPP

Mercredi à l’aéroport de Fortaleza (nord-est), des mécaniciens s’affairent autour d’un appareil à l’allure décatie. La pluie et le soleil ont constellé la peinture devenue blanchâtre. A l’aide d’une grue, l’aile gauche est séparée du fuselage avec grand soin.

Car cet avion, n’est pas n’importe lequel : connu sous le nom de «Landshut», ce Boeing 737-200 est entré dans l’Histoire le 13 octobre 1977.

Ce jour-là, l’avion du vol 181 de la Lufthansa décolle de Palma de Majorque, en Espagne, à destination de Francfort avec 86 passagers à son bord.

(Photo EPA)

Il est détourné par des membres du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP). Ces pirates de l’air réclament la libération de membres de la Fraction Armée Rouge (RAF), plus connue sous le nom de «Bande à Baader», emprisonnés en Allemagne.

Toute tentative de retarder l’échéance «aura pour conséquence la fin instantanée de l’ultimatum et l’exécution immédiate de Hanns-Martin Schleyer, de tous les passagers et de tout l’équipage», avertissent les pirates.

M. Schleyer, le patron des patrons allemands, a été enlevé cinq semaines plus tôt par la RAF. Son corps sera retrouvé à Mulhouse, dans l’est de la France, au lendemain de l’échec du détournement.

Rome, Larnaca (Chypre), Bahrein, Dubai : commence alors un vol erratique pour gagner du temps dans les négociations et se ravitailler. L’affaire tient en haleine toute l’Allemagne cinq jours durant.

(Photo EPA)

Le 16 octobre, l’avion fait escale a Aden, au Yémen. Son commandant, Juergen Schumann, est contraint de s’agenouiller devant les passagers. Il est abattu de sang-froid.

L’Allemagne affiche sa fermeté et refuse de céder aux exigences des pirates de l’air.

Le 18, à Mogadiscio (Somalie), au terme du périple, une manoeuvre de diversion permet d’attirer deux des pirates de l’air dans la cabine de pilotage, favorisant l’assaut de l’unité d’élite allemande GSG-9.

«Le travail est effectué»

«Le travail est effectué». C’est par ces quatre mots, transmis au téléphone de la tour de contrôle de Mogadiscio, que le chancelier Helmut Schmidt et le gouvernement ouest-allemand apprennent la libération de tous les otages sains et saufs. Trois terroristes ont été tués.

Après le drame, l’appareil reste en service, passant entre les mains de plusieurs compagnies aériennes, une fois revendu par la Lufthansa en 1985.

La dernière en date à détenir l’avion est la compagnie régionale brésilienne TAF, qui l’achète en 2002, sans avoir la moindre idée de sa valeur historique. Depuis une dizaine d’années, il croupissait sur le tarmac de Fortaleza.

(Photo EPA)

Pour marquer le quarantenaire du détournement, l’Allemagne a décidé d’acquérir et de rapatrier le «Landshut» et ses quelque 8,5 tonnes pour l’exposer dans un musée de l’aéronautique.

Fin juillet, le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel avait déclaré au journal Bild que cet appareil avait «mérité de finalement se reposer dignement en Allemagne». Son histoire est «très contemporaine, dans ces temps où un terrorisme complètement différent essaye d’ébranler notre vivre ensemble».

Selon lui, le message porté par le Landshut est : «nous ne nous laisserons pas abattre».

Mercredi, sur le tarmac de Fortaleza, l’ambassadeur d’Allemagne au Brésil, Georg Witschel, était présent pour assister au démontage.

Effectué par une équipe d’ingénieurs allemands envoyés spécialement sur place, il a débuté il y a trois semaines et le rapatriement doit avoir lieu d’ici à la fin septembre, à bord d’un avion cargo russe Antonov 225, le plus gros du monde.

(Photo EPA)

Faites de laprovince.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent