Publié le Mardi 21 Mars 2017 à

Actualité > Monde

Le Grand Débat sur TF1: "Madame, je n'ai pas besoin d'un ventriloque" lance Macron à Le Pen (VIDEO)

Afp

La laïcité a tendu les échanges télévisés lundi soir entre Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, qui a accusé la candidate FN de «tomber dans un piège» tandis que M. Mélenchon lui a reproché de vouloir instaurer «une police du vêtement».

Au bout d’une heure de débat, le candidat de La France insoumise, tout en estimant que la laïcité était «forte», a mis en garde pour qu’elle ne «serve pas de prétexte pour s’en prendre à une religion, en clair contre les musulmans».

Alors que Marine Le Pen expliquait vouloir inscrire dans la constitution qu’elle «ne reconnaît pas les communautarismes», Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon -défenseur de «la loi de 1905, toute la loi de 1905, rien que la loi de 1905»-, lui ont lancé: «Et le concordat ?». «Ah oui, la laïcité comme ca vous arrange, on garde le concordat!», ont-ils ajouté en référence à l’Alsace-Moselle. «Non, non, je ne le remets pas en cause», a assuré la présidente du FN et eurodéputée.

Et la candidate FN d’enchaîner: «Vous ne voulez pas voir la réalité de la gravité de ce qui se passe dans notre pays, mais il n’en demeure pas moins qu’il y a quelques années, il n’y avait pas de burkini sur les plages, je sais que vous êtes pour M. Macron, mais il y en avait pas»

«Non, s’il vous plaît, Mme Le Pen vous serez gentille, je ne vous fais pas parler, je n’ai pas besoin d’un ventriloque, je vous assure. Tout va très bien, si j’ai besoin de dire quelque chose je le dis clairement c’est mon habitude», l’a coupé le candidat d’En Marche et ancien ministre de l’Economie, agacé.

«Alors que pensez-vous du burkini?», l’a relancé Mme Le Pen. «Je l’ai dit très clairement (...) ça n’a rien à voir avec la laïcité, ce n’est pas cultuel, c’est un sujet d’ordre public», a rétorqué M. Macron.

«Le piège dans lequel vous êtes en train de tomber Mme Le Pen par vos provocations, c’est de diviser la société» et de faire «des ennemis de la République» des «plus de 4 millions de Françaises et de Français dont la religion est l’islam et qui sont, pour la très grande majorité, absolument pas dans le communautarisme», a-t-il jugé.

Jean-Luc Mélenchon a ensuite lancé à Marine Le Pen: «Vous ne pouvez pas aller jusqu’à établir une police de vêtement dans la rue» et «empêcher les gens qui portent des cheveux verts» ou «ont des jupes courtes ou trop longues».

François Fillon, qui s’est «réjoui de voir qu’on se félicite de l’interdiction du voile à l’école», a considéré que «la question fondamentale est celle de l’intégration de la religion musulmane».

  • x5fhf3e

Faites de laprovince.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent