133

Univers > Foot > Diables Rouges

Les Diables furieux sur Bart Verhaeghe, qui veut réduire les primes pour le Mondial 2018: "L'Union belge utilise des méthodes mafieuses"

Stéphane Vande Velde |

Publié le Vendredi 17 Février 2017 à


Les négociations s’annoncent âpres avec les Diables rouges.

Photo News/Vincent Kalut

Les négociations s’annoncent âpres avec les Diables rouges.

Les primes des Diables rouges, jugées excessives par la fédération qui les leur a accordées, continuent à faire des vagues… En coulisses, on s’étonne du « double discours » de Bart Verhaeghe, et cela commencerait à agacer certains joueurs ainsi que leurs conseillers.

«  L’Union Belge utilise des méthodes mafieuses  », tels furent les propos de plusieurs représentants des Diables rouges suite à l’article de jeudi, paru dans Het Nieuwsblad concernant les primes des Diables rouges et la politique de Bart Verhaeghe en la matière, lui qui veut réduire drastiquement les primes, menaçant même les récalcitrants de ne pas les sélectionner.

Cela a fait l’effet d’une bombe auprès des conseillers des Diables et place surtout Bart Verhaeghe en eaux troubles. On sait que la nouvelle direction de la fédération estime que les primes négociées par Steven Martens pour la coupe du Monde 2014, l’Euro 2016 et la Coupe du Monde 2018 sont bien trop élevées (60 % des gains de la compétition) et, dans l’optique de les réduire, tente de convaincre coûte que coûte les Diables. Ce qui ne plaît pas du tout à l’entourage.

« S’ils veulent convaincre les Diables de faire un effort sur les primes, ils ne doivent certainement pas les présenter comme des coupables. Qui ne respecte pas ses engagements et un accord signé et avalisé par les deux parties ? La Fédération ! », affirme l’un des conseillers d’un Diable. «  C’est le monde à l’envers  », peste un autre, «  et on va jouer sur le populisme ambiant et faire des joueurs des gens cupides pour faire passer une action. Je ne crois pas que cette menace soit sérieuse.  »

> Découvrez tous les détails sur les coulisses des négociations dans nos éditions sportives de ce vendredi 17 février ainsi que dans nos nouvelles éditions digitales du groupe Sudpresse (à lire gratuitement pendant un mois).