Publié le Mercredi 15 Février 2017 à

Régions > Mons > Actualité

Mons: la grève totale des pompiers de la zone de secours Hainaut-Centre se poursuit jusqu'à ce jeudi 8h

Rédaction en ligne

Les pompiers de la zone de secours Hainaut-Centre, qui réclament de meilleures conditions de travail depuis deux ans, n’ont pas lésiné sur les moyens ce mercredi pour se faire une nouvelle fois entendre. Insatisfaits de la réunion de mardi soir avec Elio Di Rupo, les hommes du feu ont opté pour une grève totale en front commun. Durant toute la journée, aucun véhicule n’a quitté la caserne de Mons, comme à la Louvière. Malgré les propositions faites dans l’après-midi, la base a décidé de poursuivre l’action jusqu’à ce jeudi 8h.


Les pompiers n’ont pas lésiné sur les moyens.

C.M.

Les pompiers n’ont pas lésiné sur les moyens.

Depuis le passage en zone, les pompiers n’ont cessé de multiplier les actions pour se faire entendre. Mais ce mercredi, après avoir tiré la conclusion que leur message n’était toujours pas passé, les hommes du feu sont passés à l’étape supérieure : la grève totale. Et pour que leurs revendications ne restent pas une fois de plus lettre morte, les pompiers ont utilisé tout ce qu’ils avaient sous la main, à commencer par un véhicule et des pneus qu’ils ont brûlés.

Cette démarche radicale et inédite est la suite du préavis déposé il y a une semaine mais aussi de deux années de grève administrative. Deux années durant lesquelles les pompiers ont protesté contre le manque de moyens humains ainsi que contre les conditions «  désastreuses  » dans lesquelles ils doivent travailler.

Pendant plusieurs heures, aucun véhicule n’a quitté la caserne. Les pompiers, rassemblés devant l’entrée, ont attendu un geste fort et des propositions claires, de la part des politiques et du commandant de zone. Malgré ce qui a été proposé, la base a décidé de poursuivre l’action jusqu’à ce jeudi 8h, en maintenant le préavis de grève. «  D’autres actions sont à prévoir, ont même laissé entendre les syndicats. Les promesses cela suffit, il nous faut du concret. »

Même si elle n’a duré qu’une demi-journée cette situation a naturellement eu des conséquences au niveau des interventions, comme à Manage par exemple.

Retrouvez toutes les informations liées à ce mouvement très vite dans notre nouvelle édition numérique.

Faites de laprovince.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent