Publié le Mardi 15 Mars 2016 à

Régions > Mons > Actualité

Mons: une ado de 14 ans tabassée et rouée de coups par des adultes

Rédaction en ligne

La violence chez les jeunes a bien failli tourner au drame samedi. Pearl, 14 ans, explique avoir été agressée par plusieurs filles de son école à la gare de Mons. Projetée au sol, étranglée et rouée de coups, l’ado souffre d’une commotion cérébrale et déplore des hématomes sur tout le corps. À l’origine de cette terrible agression : une dispute durant le cours de gymnastique…

Les hématomes sont seulement en train d’apparaître sur le corps de Pearl, encore très choquée.

E.G.

Les hématomes sont seulement en train d’apparaître sur le corps de Pearl, encore très choquée.

La violence s’est encore tristement invitée dans les écoles. Ce sont les étudiants du lycée provincial Albert Libiez à Colfontaine qui sont cette fois concernés. Pearl, étudiante de 14 ans en deuxième secondaire, était dans le viseur d’un groupe de filles plus âgées qu’elle depuis mardi dernier. «  Tout a commencé lors d’un cours d’éducation physique  », raconte l’adolescente, accompagnée de sa maman Isabelle, toutes les deux encore très choquées. «  On jouait au basket quand le ballon a malencontreusement atterri sur la tête d’une de ces filles. Je ne l’ai pas fait exprès. Mais elles ont commencé à m’insulter  ».

Le lendemain, soit le mercredi, ces menaces ont franchi un cap. «  Elles m’attendaient à la sortie de l’école à 11h50  », reprend Pearl. «  J’ai aussitôt appelé ma mère pour qu’elle vienne me chercher devant l’école  ».

La semaine d’école s’est donc terminée sur des menaces mais sans agression physique. C’était sans compter sur le week-end. Samedi vers 17h30, après avoir été faire du shopping samedi, Pearl tombe nez à nez avec les filles en question à la gare de Mons. Certaines sont accompagnées de leurs parents. Rapidement, le ton monte. «  Il y avait au moins deux parents aux côtés de ces filles, âgées de 16, 18 et 20 ans environ  », se souvient l’ado de 14 ans. «  L’une des filles m’a interpellé pour me dire qu’elle souhaitait me parler. Rapidement, les autres sont arrivées, m’ont surpris par derrière et ont commencé à me tabasser. L’une de mes copines a bien tenté d’intervenir mais elle s’est aussi ramassée des coups. Même les adultes m’ont frappé. J’étais à terre, les bras couvrant ma tête, et je recevais des coups de toutes parts. Ma tête a été claquée au sol. Ça a duré 10 bonnes minutes. Lorsque je me suis relevée, la mère d’une des filles de mon école m’a pris par la gorge et m’a étranglé en me disant qu’elle espérait que j’avais bien compris la leçon. J’en ai encore des griffes dans le cou  ».

Retrouvez l’article au complet dans La Province de ce mardi.

  • Voir la vidéo

Faites de laprovince.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent