Publié le Samedi 27 Février 2016 à

Régions > Mons > Actualité

Mons: Christiane, 78 ans, attend au home plus de 12h avant de voir un médecin

Rédaction en ligne

Pascale Urbain est révoltée. Elle va porter plainte contre le home montois au sein duquel sa maman de 78 ans réside. Christiane a été admise ce jeudi aux soins intensifs pour une embolie pulmonaire grave, après s’être plainte de fortes douleurs dans la poitrine toute la nuit. Elle a dû attendre plus de 12 h avant de voir arriver un médecin au home. Christiane a même sonné à son petit-fils pour réclamer un prêtre.


Christiane est aux soins intensifs, cette photo a été prise un mois avant son embolie.

D.R.

Christiane est aux soins intensifs, cette photo a été prise un mois avant son embolie.

Pascale Urbain, 51 ans, vient de vivre des heures très pénibles. Bouleversée, elle a cru perdre sa maman, Christiane, 78 ans, il y a deux jours. Elle est placée en maison de repos depuis le début de l’année à la Résidence les Jonquilles à Mons. La nuit de mercredi à jeudi, Christiane s’est sentie très mal. «  Vers 2h du matin, ma mère a appelé les infirmières pour dire qu’elle ne se sentait pas bien du tout, qu’elle avait mal dans la poitrine, commente Pascale. Elle a dit qu’elle voulait voir un médecin. Qu’elle avait besoin d’être auscultée, car elle avait vraiment mal  ». Selon Pascale, sa maman est restée dans sa souffrance durant des heures entières, sans voir un seul médecin. «  Ils ont laissé ma mère de 2h du matin à 15h dans sa souffrance sans qu’elle puisse voir un médecin alors qu’elle le réclamait depuis des heures  ».

Douze heures plus tard après ses premières plaintes, Christiane, envoie un message à son petit fils, vers midi. «  Ma mère a envoyé un message à mon fils qui était à l’école pour dire qu’elle allait vraiment très mal et qu’elle voulait qu’on lui envoie un prêtre. Quand mon fils m’a appelée, j’ai tout de suite pris contact avec la maison de repos. Le home m’a simplement expliqué que ma mère avait fait une chute de tension et une crise d’angoisse. A aucun moment, ils ne m’ont alertée de la situation. Pour eux tout allait bien. Ils m’ont précisé qu’ils avaient appelé son médecin et que par téléphone ils lui ont expliqué ce que maman avait et que le médecin les avait rassurés et convenu qu’il passerait vérifier son état ». Quand le médecin traitant de Christiane arrive au home, il décide de la faire transportée à l’hôpital. Elle souffre d’une embolie pulmonaire avec répercussions cardiaques.

Pascale est révoltée contre la maison de repos. Mais l’établissement conteste. «  Nous avons fait ce qu’il y avait à faire. Madame a été suivie durant la nuit. Mais une embolie pulmonaire survient soudainement, ça ne dure pas des heures. Impossible donc de la diagnostiquer plus tôt  ».

A lire dans La Province de ce samedi 27 février notre dossier en intégralité

Faites de laprovince.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

liens commerciaux

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent