Publié le Jeudi 25 Février 2016 à

Régions > Mons > Actualité

Jordan et Maël poignardés par un couple en pleine rue à 3h du matin à Mons: "Ils parlaient très fort. On leur a jeté un coup d'œil" (photos)

Rédaction en ligne

Ce lundi vers 3h du matin, Jordan Chavez, 22 ans et Maël Vierset, 21 ans, ont été poignardés par une dame et un individu, à Mons rue du Hautbois. Les deux jeunes étudiants rentraient de soirée avec un groupe de copains. L’un a une blessure de 15 cm à la poitrine et le second a un poumon perforé. Les deux agresseurs ont été coursés et interpellés par la police.


Jordan (g.) et Maël (d.) n’ont pas compris ce qui leur arrivait cette nuit-là.

A.D.

Jordan (g.) et Maël (d.) n’ont pas compris ce qui leur arrivait cette nuit-là.

C’est une soirée qui aurait dû se terminer sans encombre, calmement à leur kot, certainement pas à l’hôpital. Et pourtant. Étudiants à Mons, Jordan, 22 ans, Maël, 21 ans et leurs amis étaient à une fête, qui avait lieu sur le campus de la faculté polytechnique. Vers 3h du matin, le groupe d’amis quitte les lieux et rentre à pied. Ils arrivent alors à hauteur du leur kot, rue du Hautbois à Mons, toujours. «  À ce moment-là, j’étais avec Maël, les autres étaient déjà entrés, raconte Jordan, originaire de Morville, près de Dinant. Il était en train d’ouvrir la porte, quand on a entendu deux personnes qui semblaient se disputer. Il y avait un homme et une femme. Ils parlaient très fort. Du coup, on leur a jeté un coup d’œil.  » Un regard qui n’a visiblement pas plu au couple et qui l’a fait savoir. «  Ils se sont approchés de nous avec un air menaçant. Ils étaient agressifs. J’ai entendu à un moment donné que la dame disait qu’elle allait nous planter  », poursuit Jordan.

Selon nos deux jeunes, l’homme s’en serait pris à eux. «  On a essayé de le repousser, car il voulait nous frapper et puis le temps de me retourner, je recevais un coup de couteau au niveau du torse. Je suis tombé à terre et là tout est devenu flou.  » Jordan au sol, Maël reçoit à son tour un coup de couteau également au niveau du torse. «  Je ne me suis pas rendu compte tout de suite que j’étais blessé. Quand j’ai vu Jordan à terre avec du sang, je me suis mis à courir après les deux personnes qui prenaient la fuite, raconte l’étudiant originaire de Nalinnes, près de Charleroi. Mais à un moment donné, je me suis arrêté, car j’avais mal. C’est là que je me suis aperçu que j’étais blessé aussi  ».

Une information à retrouver dans nos journaux du 25 février ou en consultant nos éditions numériques.

Faites de laprovince.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

liens commerciaux

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent