Publié le Samedi 9 Janvier 2016 à

Régions > Basse-Meuse

Meilleure réceptionniste: elle vit son rêve en Suisse

Pierre Nizet

Une Blegnytoise de 24 ans va représenter la… Suisse à un grand concours international pour le titre du meilleur réceptionniste au monde, à Vienne. Voilà la belle et belge histoire de Judith Schroeder qui travaille à l’hôtel Beau-Rivage Palace à Lausanne.


Elle a été élue meilleure jeune réceptionniste de Suisse en novembre dernier.

D.R.

Elle a été élue meilleure jeune réceptionniste de Suisse en novembre dernier.

Judith Schroeder, originaire de Saive, a été élue, au mois de novembre dernier, la meilleure jeune réceptionniste de Suisse. La semaine prochaine, elle représentera son pays d’adoption au prestigieux « David Campbell Trophy » à Vienne (Autriche). Elle concourra pour le titre de meilleur jeune réceptionniste au monde. «  Nous serons seize, provenant d’Australie, de France, d’Italie, de Singapour, de Dubaï, du Royaume-Uni et d’autres pays encore mais pas de Belgique  », explique la Blegnytoise de 24 ans que nous avons jointe hier, avant qu’elle ne se rende à son prestigieux lieu de travail : l’hôtel Beau-Rivage Palace à Lausanne.

Un conte de fées

Sa vie ressemble à un conte de fées. «  À 14 ans - j’habitais avec mes parents à Saive -, j’ai vu un reportage à la télévision consacré à l’École hôtelière de Lausanne. C’est ce que je voulais faire  ». Elle fait quand même ses secondaires au collège Sainte-Véronique à Liège, en immersion en langue anglaise. «  Puis, après avoir vécu trois mois à Barcelone pour apprendre l’espagnol, je suis allée suivre les cours de l’École hôtelière de Glion  ». Après quatre années d’études et de stages, elle en sort en décembre 2013 avec un Bachelor of Business Administration. En parallèle, elle décroche aussi un diplôme de l’école des Roches Gruyères en Bachelor of Science in International Hospitality Management.

Elle postule au Beau-Rivage Palace. Elle décroche… une journée à l’essai durant laquelle elle se fait remarquer. En bien. «  Pendant cette journée, un client fâché d’avoir perdu ses lunettes est arrivé au desk. C’était l’effervescence. Il m’a prise pour une employée et j’ai improvisé car tout le monde était occupé  ». Elle contacte la gouvernante et les fameuses lunettes sont retrouvées. «  Et j’ai décroché un contrat à durée indéterminée  ».

La seule Belge

Elle a tout juste eu le temps de déménager, de trouver un endroit où loger dans le petit village de Lutry. «  Et de m’occuper des formalités administratives car je suis belge. Il fallait avoir le permis de travail. En plus, je changeais de canton. J’ai commencé le 28 avril 2014  ».

Elle est la seule Belge de l’hôtel 5 étoiles qui compte près de 400 employés ! «  Chaque journée est différente de la précédente car chaque client est différent  ». Et du travail, il y en a. Beaucoup. «  Nous avons la chance d’avoir plusieurs restaurants  ». Dont un gastronomique doublement étoilé au Michelin pris en main par Anne-Sophie Pic et un restaurant japonais.

La maman de Judith l’accompagnera mardi prochain à Vienne, pour l’encourager au concours. «  Il y aura un examen oral où on expliquera notamment pourquoi on a choisi ce métier. Il y aura des questions théoriques. Tout se fait en anglais même la dernière étape : la mise en situation réelle avec des questions complexes à gérer  ».

Malgré ses horaires changeants, Judith se prépare. «  Je me promène le long du lac, en regardant les montagnes au loin. Cela me permet de réfléchir », conclut cette passionnée des rallyes automobiles tout-terrain, qu’elle pratique. « Une passion que mon papa malheureusement décédé il y a 11 mois, m’a communiquée  ».

Pierre Nizet

Faites de laprovince.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent